Séminaire de Linguistique 2014-2015

responsable : Anne Carlier

vendredi 14h-17h,

Université Lille 3, salle Danielle Corbin (B1 661)

 
Programme
 

 

 

Vendredi 17 octobre 2014
Théme de la séance : Questions de morphosyntaxe et de sémantique.

Julie Auger, Indiana University, Bloomington (USA) : « Le redoublement des sujets en picard: compétence linguistique ou badge d'identité picarde ? »

Résumé : Le redoublement des sujets en picard: compétence linguistique ou badge d’identité picarde? Dans un contexte d’étiolement linguistique et de revitalisation, est-il possible que le redoublement des sujets, du fait de son caractère emblématique, ne reflète pas/plus la compétence linguistique des locuteurs du picard mais qu’il résulte d’un effort conscient de la part des militants pour imposer une construction dont ils ne maîtrisent pas bien les contraintes? Une analyse détaillée permet de répondre par la négative à cette question: s’il convient de reconnaître une possible accélération dans la grammaticalisation attribuable au développement d’un mouvement littéraire picard, les schémas de variation reflètent un jeu complexe de contraintes linguistiques, certaines semblables à celles observées dans d’autres variétés où le même processus est observées, d’autres particulières au picard tel qu’il est utilisé dans le Vimeu (Somme).

Johan Rooryck, Université de Leyden (Pays-Bas) : « Une analyse compositionnelle de la négation en français »

 
Vendredi 21 novembre 2014
Thème de la séance : « L'anglais en diachronie »

Peter Pétré (Université de Lille 3, STL)  : « The dynamics of correlated multiple grammatical changes in Early Modern English writers »

Abstract : In this talk I will provide an overview of my future research programme, and present the results of a pilot study I carried out together with Freek Van de Velde. The topic of my research programme is change in mental grammars of individuals across their lifespan as attested in their writings. Data will consist of texts from fifty prolif­ic 17th and 18th century writers spread over four generations. I treat grammar as a self-organizing network of form-meaning schemas continuously fine-tuning itself, where activating one schema may prime formally or functionally associated ones. In analyzing multiple grammar changes in healthy adults I aspire to significantly contribute to the cognitive modelling of grammar. My research aims at finding novel answers to two fundamental research questions:  (i) how does change in one part of an individual’s grammar relate to change in another; (ii) to what extent is grammar change in individuals possible and attested beyond childhood. This is still unsettled. Formal models hold that change occurs in language acquisition, social ones that it mainly results from adult interaction. The first ignore too much adult usage, the second grammar as a system.

The pilot study is concerned with the showcase example of grammaticalization of be going to, which develops from [be going to PLACE] [in order to DO X] to [be going to DO X]. The results clearly suggest that qualitative change in newly emerging grammatical structures in adults is directional and in fact quite pervasive.

 

Freek Van de Velde (Université de Leuven) : « Contagious morphosyntax  »

Abstract : Constructions can be morphosyntactically contaminated by neighbouring constructions that either bear a structural or merely a superficial resemblance (see Van de Velde, De Smet & Ghesquière 2013, De Smet & Van de Velde 2013, Van de Velde & Van der Horst 2013, Van de Velde & Weerman 2014, Pijpops & Van de Velde 2014, Van de Velde 2014, De Smet & Van de Velde 2014 for recent joint work). In this talk, I’ll discuss a number of such cases in different languages (French, English, and esp. Dutch) where grammatical features are ‘laterally transferred’ from one construction to another, to use a metaphor from evolutionary biology. This type of transfer, working on local analogies, is quite common in language and may be a major source of unwarranted morphological patterns in which constructions take on morphosyntactic behaviour that is not indigenous to their ancestral lineage.

Références
De Smet, H. & F. Van de Velde. 2013. ‘Serving two masters. Form-function friction in syntactic amalgams’. Studies in Language 37(3): 534-565.
De Smet, H. & F. Van de Velde. 2014. ‘Travelling features: multiple sources, multiple destinations’. Paper at the 8th International Conference on Construction Grammar (ICCG8). Osnabrück, 2-6 September 2014.
Pijpops, Dirk & Freek Van de Velde. 2014. ‘A multivariate analysis of the partitive genitive in Dutch. Bringing quantitative data into a theoretical discussion’. Corpus Linguistics and Linguistic Theory.
Van de Velde, F. 2014 (forthc.). ‘Schijnbare syntactische feniksen’. Nederlandse Taalkunde.
Van de Velde, F., H. De Smet & L. Ghesquière. 2013. ‘On multiple source constructions in language change’. Studies in Language 37(3): 473-489.
Van de Velde, F. & J.M. Van der Horst. 2013. ‘Homoplasy in diachronic grammar’. Language Sciences 36: 66-77.
Van de Velde, F. & F. Weerman. 2014. ‘The resilient nature of adjectival inflection in Dutch’. In: P. Sleeman, F. Van de Velde & H. Perridon (eds.), Adjectives in Germanic and Romance. Amsterdam: John Benjamins. 113-145.

 

Vendredi 19 décembre 2014
Thème de la séance : « Typologie des langues »

Kees Hengeveld (Université d'Amsterdam, Center for Language and Communication) : « Typology in Functional Discourse Grammar »

Abstract : It is rather common for linguists working on language typology to do so in a descriptive, theory-neutral way. The other way around, linguists working in grammatical theory often take their examples from one of a few languages.

Functional Discourse Grammar (FDG, Hengeveld & Mackenzie 2008) explicitly wants to provide a functionally based formal framework for the enunciation and comparison of universals and for offering lines of explanation, while at the same time it bases its own further development on the outcome of typological research. In this talk I want to illustrate the usefulness of the interaction between theory and typology with two case studies.

The first case study concerns complement clauses. I will show how the layered, hierarchical organization of FDG, originally designed to account for Tense, Mood, and Aspect systems , may be used to systematically describe the differences in the formal manifestation of complement clauses in terms of their underlying pragmatic and semantic comlexity. It will be shown that there is a systematic relationship between this underlying complexity and the finite versus non-finite expression of complemet clauses. The areal dimension will also be touched upon.

The second case study concerns the overall organization of linguistic systems in terms of their transparency, that is, the extent to which they display one-to-one relations between form and meaning. I will define transparency systematically in terms of the relationships that may obtain between the various levels of organization recognized in FDG: pragmatic, semantic, morphosyntactic and phonological. This makes it possible to no only differentiate between languages in terms of their overall transparency, but also to differentiate between transparency features that are easily violated versus those that are not. Given that transparent features of languages are learned faster than non-transparent features, this study also touches on the issue of the learnability of languages.

To round off, I will return to the issue of the interaction between theory formation and the study of language typology in more general turns, based on the case studies presented.

 

Simeon Floyd (Institut Max Planck, Nimègue) (in collaboration with Elisabeth Norcliffe & Lila San Roque), « Egophoricity: typological explorations of a lesser-known cross-linguistic phenomenon » 

Abstract : Egophoric markers typically have meanings to do with direct participatory involvement in, or evidence for, events. They usually occur in ‘egophoric distribution’, being used when the subject is first person in statements or second person in questions. These distinctive semantic features and distributional patterns was first described for Tibeto-Burman languages (Hale 1980, Hargreaves 1991, DeLancey 1997, Tournadre 2008). Compellingly similar meanings and patterns have since been found in languages of the Caucasus (Criessels 2008), Western China (Slater 2003), Andean South America (Dickinson 2000; Curnow 2002) and Highlands New Guinea (San Roque 2008; Loughnane 2009).
            Egophoric markers often form part of or interact with evidential systems. It has further been assumed that the egophoric distrubutional pattern reflects a grammaticalized sensitivity to epistemic access in the speech situation, such that an egophoric marker picks out the speech act participant who has the highest epistemic authority concerning the information under discussion: speakers are in a privileged position to make assertions about their own experiences and actions; when addressees are asked about theirs, that epistemic privilege resides with them. However, we see very different degrees of pragmatic flexibility in egophoric marking across languages.
            To date, there have been no studies that systematically compare the typological characteristics of egophoric marking. Drawing from published sources and field materials, this talk presents a typological survey of egophoricity, charting the similarities and differences in the formal expression and functional behavior of egophoric marking within and across areas and families. We also discuss the extent to which it is possible to identify how the various instantiations of the phenomenon interact or overlap with other morphological systems (e.g., mirativity, first/non-first person marking) in order to arrive at a better understanding of the breadth and boundaries of this intriguing linguistic category.             

References
Curnow, T. J. 2002. Conjunct/disjunct marking in Awa Pit. Linguistics 40(3):611-627.
Criessels, D. 2008. Language documentation and verb inflections typology: the case of Northern Akhvakh (Nakh-Daghestanian). Paper presented at Chronos 9, Paris.
Delancey, S. 1997. Mirativity: the grammatical marking of unexpected information. Linguistic Typology 1:33–52.
Dickinson, C. 2000. Mirativity in Tsafiki. Studies in Language 24(2):379–421.
Hale, A. 1980. Person markers: finite conjunct and disjunct verb forms in Newari. In Papers in South-East Asian Linguistics No. 7, pp. 95–106. Canberra: Pacific Linguistics.
Hargreaves, D. 2005. Agency and intentional action in Kathmandu Newar. Himalayan Linguistics 5:1-48.
Loughnane, R. 2009. A grammar of Oksapmin. PhD dissertation, University of Melbourne.
San Roque, L. 2008. An introduction to Duna grammar. PhD dissertation, Australian National University.
Slater, K. W. 2003. A grammar of Mangghuer: a Mongolic language of China's Qinghai-Gansu Sprachbund. London: Routledge.
Tournadre, N. 2008. Arguments against the concept of ‘Conjunct/Disjunct’ in Tibetan. In B. Huber, M. Volkart, & P. Widmer (eds) Chomolangma, Demawend und Kasbek: Festschrift für Roland Bielmeier zu seinem 65, 281–308. Halle: International Institute for Tibetan and Buddhist Studies.

 

Vendredi 16 janvier 2015
Thème de la séance :« Linguistique de corpus et annotation syntaxique »

Sophie Prévost (CNRS UMR Lattice / ENS Paris) : « Syntactic Reference Corpus of Medieval French : un corpus annoté selon un modèle dépendentiel. »

Résumé : Le corpus SRCMF ‘Syntactic Reference Corpus od Medieval French’ est l’aboutissement d’un projet ANR-DFG (2009-2011) co-dirigé par Achim Stein (Université de Stuttgart) et Sophie Prévost (Lattice), et associant le Lattice, l’université de Stuttgart et l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Il s’agit d’un corpus annoté syntaxiquement, selon un modèle dépendanciel et étiqueté morpho-syntaxiquement. Il comprend 15 textes (245 000 mots) qui s’échelonnent du 9ème au 13ème siècle. Dans un premier temps, je présenterai les caractéristiques du corpus, et les modalités selon lesquelles il a été constitué et annoté. Dans un second temps j’exemplifierai son utilisation – et son intérêt – par quelques requêtes associant syntaxe et morpho-syntaxe.

Alexandra Simonenko (Université McGill, Canada) : « Corpus du projet "Modéliser le changement : les voies du français" avec Supplément de Penn : un corpus annoté en constituants.»

Résumé : Le corpus MCVF du français médiéval a été crée au sein du projet "Modéliser le changement : voies du français" à l'Université d'Ottawa avec une participation active d'une équipe de l'Université de Pennsylvanie. MCVF comporte des textes annotés morphologiquement et syntaxiquement selon les standards de Penn Treebank (http://www.cis.upenn.edu/~treebank/), issus du cadre génératif et utilisés pour un nombre de corpus modernes et historiques (http://www.ling.upenn.edu/hist-corpora/other-corpora.html). Je présenterai les principes d'étiquetage et de parsing, ainsi que de l'utilisation du logiciel CorpusSearch (http://corpussearch.sourceforge.net/) pour créer des requêtes simples, qui permettent de trouver des patrons ('patterns'), et des requêtes plus complexes, qui permettent de coder les textes selon certains paramètres,  d'extraire des données sous forme d'un tableau et, finalement, d'ajouter des informations dans les textes.  

 

Vendredi 20 février 2015
Thème de la séance : « Didactique du Français langue étrangère »

Emmanuelle Canut (Lille 3/STL) : « De la question des processus interactionnels d’apprentissage du langage pour repenser les pratiques enseignantes (en français L1 et L2/LE) »

Résumé : Nous proposons d’illustrer la question des pratiques didactiques qui visent l’apprentissage du français dans le contexte scolaire sous l’angle des interactions langagières enseignant-élèves. Il s’agira de montrer, au travers de divers exemples, que les modalités d’interactions langagières peuvent être plus ou moins efficaces au regard de l’apprentissage linguistique visé. Utilisées comme base de réflexion et de formation, elles peuvent aider les enseignants à repenser leur conception du processus d’apprentissage et influencer leurs pratiques de classe.

 

Sophie Babault (Lille 3/STL) : « Apprendre les sciences en langue seconde : ressources lexicales et conceptuelles d’élèves scolarisés dans un programme immersif  »

Résumé : Les programmes immersifs ont été lancés au Canada à partir des années 1960  dans le but d’offrir aux élèves une alternative aux cours de langue traditionnels et de les aider à développer des compétences linguistiques approfondies dans une langue seconde par son utilisation en tant que médium d’enseignement pour certaines matières. Ces programmes connaissent actuellement un succès considérable dans de nombreux pays, constituant même très souvent pour les établissements un argument de poids en termes de marketing éducatif. La plupart des recherches menées sur ces terrains se sont cependant concentrées sur les compétences générales en L1 ou en L2, sans réellement prendre en compte les aspects liés au fait de construire des compétences disciplinaires par le biais d’une langue seconde. C’est sur ces aspects que sera focalisée la présente communication. Je présenterai les premiers résultats d’une étude visant à analyser les ressources lexicales et conceptuelles sur lesquelles les élèves peuvent s’appuyer après une séquence pédagogique de sciences donnée uniquement en L2. L’analyse mettra en avant non seulement l’articulation entre la L1 et la L2 dans les compétences développées par les élèves mais également les points de contact entre les savoirs intériorisés par le biais de l’école, transmis en L2, et ceux qui relèvent de l’expérience extra-scolaire, véhiculés par la L1 des élèves. L’analyse s’appuiera sur un corpus recueilli en Belgique auprès d’élèves francophones  de cinquième année de primaire scolarisés dans un programme de scolarisation immersive en néerlandais.

 

Marion Pescheux (Lille 3/STL) : « Énoncés définitionnels à forme « le X n’est pas un Y » : un échantillon d’analyse, des arrières plans de recherche en sémantique argumentative, des questions pour la linguistique appliquée »

Résumé : À partir d’un type d’énoncés définitionnels rencontrés dans des discours dits de la « didacticité » (Moirand), seront évoqués : un cadre théorique d’analyse de ces énoncés (ADL, Sémantique des stéréotypes, théorie polyphonique, sémantique des énoncés métalinguistiques) ; la signification sémantique attribuable à ces énoncés et le sens visé en contexte, c'est-à-dire l’interprétation de ces énoncés.
Prenant cette catégorie d’énoncés comme point de départ, et les considérant comme des énoncés métalinguistiques, on tentera ensuite d’évoquer en quoi le recueil de ces productions discursives et leur analyse pourraient être utiles à la programmation des formations linguistiques d’enseignants de FLE, et en quoi ces productions et leurs analyses constituent une piste de recherche importante dans les recherches en didactique du FLE : l’activité métalinguistique en classe de langue ne mobilise pas uniquement des mots métalinguistiques (Rey Debove 1997), et la didactique du lexique n’est pas un domaine particulièrement investi par les didacticiens du FLE.
Ce faisant, en tant que matériau empirique linguistique, leur analyse montre comment la linguistique peut servir la didactique du FLE ; et réciproquement...

 

Vendredi 20 mars 2015
Thème de la séance : « Entre syntaxe et sémantique »

Berit Gehrke (CNRS-UMR LLF) : « Manner adverbs and between- vs. within-event comparison »

Abstract : This talk addresses the duality of some event-related adverbs between a manner and a ‘clausal’, in particular agent-oriented, reading (e.g. Ernst 2002, Piñón 2010), as illustrated in (1).

 (1)      Alice has rudely written the letter.
a. Manner reading: Alice has written the letter rudely. (~ in a rude manner)
b. Agent-oriented reading: Alice rudely has written the letter. (~ it was rude of Alice …)

I will explore the idea that by extending the notion of between- vs. within-individual comparison, as proposed for the semantics of gradable adjectives (cf. Sassoon & Toledo 2010), to the semantics of event-related adverbs, and by combining this distinction with an ontology that contains event kinds in addition to event particulars (e.g. Carlson 2003, Anderson & Morzycki 2015), as in (2), we can gain new insights into this duality.

 (2)      a. Within-event-kind comparison, different event subkinds (~ manner reading):
    Alice instantiated the rude letter-writing kind.
b. Between-event-token comparison (~ agent-oriented reading):
    Alice instantiated the letter-writing kind and that letter-writing token was rude.

Abbreviated references:
ANDERSON AND MORZYCKI 2015. Degrees as kinds. NLLT.
CARLSON 2003. Weak indefinites. From NP to DP, John Benjamins.
ERNST 2002. The Syntax of Adjuncts. CUP.
PIñóN 2010. What to do with agent-oriented adverbs. Handout.
SASSOON AND TOLEDO 2011. Absolute and relative adjectives and their comparison classes. Ms.

 

Katia Paykin (Lille 3 / STL) : « Nam vnov’ xorošo rabotaetsja ‘Nous arrivons de nouveau à bien travailler’: spectre d’agentivité dans la construction réfléchie en russe  »

Résumé : Notre présentation sera consacrée à une structure particulière du russe, qui se caractérise par la présence d’un verbe réfléchi impersonnel et d’un sujet au datif, comme dans (1a), et qui alterne avec une structure à verbe conjugué non-réfléchi s’accordant en personne, genre et nombre avec le sujet nominatif, comme dans (1b). Nous appellerons cette structure « construction dative réfléchie à double alternance » puisqu’elle présente deux alternances corrélées entre elles : datif/nominatif d’une part et verbe réfléchi/non réfléchi d’autre part.

(1)   a.    Zdes’ emu xorošo rabotalos’
              ici      ilDAT bien travaillerIMP.PS
              ‘Il arrivait à bien travailler ici’

       b.    Zdes’ on xorošo rabotal
              ici      ilNOM bien travailler3SG.PS
              ‘Il travaillait bien ici’

Les analyses précédentes (cf. entre autres, Guiraud-Weber 1984, Gerritsen 1990, Benedicto 1995, Israeli 1997, Moore & Perlmutter 2000, Goto & Say 2009) décrivent cette construction à partir des propriétés d’exemples tels que (1), contenant des verbes inergatifs. Nous montrerons toutefois que la même double alternance se présente avec un autre type de verbes, qui sont tous des verbes de cognition (cf. (2)), mais qui subissent des contraintes différentes. Il convient donc de distinguer deux sous-types de constructions : l’une à un argument, illustrée sous (1), et l’autre à deux arguments, illustrée sous (2).

(2)   a.    Mne pomnitsja rasskaz
              jeDAT se-rappelerIMP.PR histoireNOM
              ‘Je me souviens d’une histoire’

       b.    Ja pomnju rasskaz
              jeNOM se-rappeler1SG.PR histoireACC
              ‘Je me souviens d’une histoire’

Ce qui relie les deux sous-types, c’est qu’ils permettent de diminuer l’agentivité du sujet sémantique, ce qui est leur raison d’être. Par contre, la lecture modale souvent associée à cette structure dans la littérature, ainsi que la présence fréquente d’un adverbe ne sont en fait rien d’autre que des effets secondaires de cet affaiblissement d’agentivité avec des verbes du sous-type (1), et n’apparaissent pas systématiquement avec le sous-type (2).

De plus, nous allons examiner une autre structure, disponible en russe moderne parlé, qui diminue encore davantage l’agentivité du sujet en l’encodant comme un SP avec un nom au génitif, illustrée sous (3).

(3)          U menja ne rabotalos’
              chez  jeGEN ne travaillerIMP.PS
              ‘Je n’arrivais pas à travailler’

Il ressortira de notre exposé que le russe possède ainsi tout une palette de structures pour encoder les différents degrés d’implication d’un sujet dans un procès, aboutissant à un spectre d’agentivité, allant d’une prise en charge consciente avec le marquage au nominatif, jusqu’à une simple localisation, marquée par le génitif prépositionnel, en passant par le rôle d’expérienceur lié au datif.

 

Références
Benedicto, E. (1995) “Mne ne citaetsja: (Relativized) Modality, Datives and Reflexive Suffixes”, University of Pennsylvania Working Papers in Linguistics 2.2, 1-16.
Gerritsen N. (1990) Russian Reflexive Verbs: In Search of Unity in Diversity. Amsterdam/Atlanta: Rodopi.
Goto K. & S. Say (2009) “Častotnye xarakteristiki klassov russkix refleksivnyx glagolov”. In: Kiselëva, K.L. et al. (eds) Korpusnye issledovanija po russkoj grammatike. Moskva: Probel, 184-223.
Guiraud-Weber M. (1984) Structures sans nominatif en russe moderne. Paris: Institut d’Etudes Slaves.
Israeli A. (1997) Semantics and Pragmatics of the “Reflexive” Verbs in Russian. München: Otto Sagner.
Moore J. & D. Perlmutter (2000) “What does it take to be a Dative subject?” National Language and Linguistic Theory 18, 373-416.

 

Vendredi 10 avril 2015
Thème de la séance : « Entre syntaxe, sémantique et pragmatique » (responsable : Christopher Pinon)

Florian Schäfer (ENS Paris / Univ. Stuttgart) : « Anticausativization is not reflexivization »

Abstract

 

Gerhard Schaden (Lille 3 / STL) : « Apprentissage et signalisation dans les réseaux sociaux »

Résumé : Je vais présenter une étude de simulation sur l'apprentissage et la diffusion lexicale dans des cliques (des parties de réseaux sociaux où tout le monde est connecté à tout le monde). Je m'intéresserai tout particulièrement à des situations d'apprentissage par renforcement où il n'y a aucune distinction lexicale à apprendre (cf. Skyrms 2010).
Je vais montrer que la taille de la clique a un impact sur la vitesse de l'apprentissage dans de tels contextes. Je vais également montrer que dans le cas de cliques reliés entre elles, la distance dans les réseaux sociaux joue un rôle important pour la distance lexicale entre les variétés des cliques.

Abstract : Learning and signalling in social networks
I will present a simulation study on learning and signalling in cliques (that is, a subset of a social network where every node is connected to every other node). More precisely, I will study reinforcement learning in contexts where there is no lexical difference to learn (see Skyrms 2010).
I will show that the size of the clique has an impact on learning speed, and that - in case of linked cliques - lexical distance is directly impacted by network structure.

Choix bibliographique / selected references
Roland Mühlenbernd & Michael Franke (2012): "Signaling Conventions: Who Learns What Where and When in a Social Network". In: T. C. Scott-Philips et al.: The Evolution of Language: Proceedings of EvoLang9. Singapore: World Scientific. pp. 242-249.
Hermann Paul (1995): Prinzipien der Sprachgeschichte. Tübingen: Niemeyer. 9th edition.
Brian Skyrms (2010): Signals. Evolution, Learning & Information. Oxford: OUP.

 

Vendredi 29 mai 2015
Thème de la séance : « Acquisition et dégradation du langage »

Tran Thi Mai (Lille2 / STL) : « Langage et cognition : apport des études sur les troubles du langage et de la communication dans la maladie d’Alzheimer »

Résumé : Les troubles du langage font partie du tableau clinique de la maladie d’Alzheimer et ont pour spécificités d’être associés à d’autres troubles cognitifs (mnésiques, gnosiques, praxiques et exécutifs). Leur évaluation est donc plus complexe que dans les aphasies vasculaires où le langage est atteint de manière plus isolée. Je présenterai deux études réalisées auprès de patients présentant une maladie d’Alzheimer (débutante ou modérée) abordant sous deux angles différents l’évaluation des troubles lexico-sémantiques caractéristiques de cette pathologie neurodégénérative. La première, menée auprès de 32 patients, s’interroge sur la modalité la plus adaptée (imagée ou écrite) pour évaluer les troubles sémantiques dans le cadre des bilans de langage. La seconde, menée auprès de 5 patients et 5 témoins appariés, s’intéresse à la situation de langage conversationnel qui offre la possibilité d’explorer à la fois le contenu de l’échange mais aussi l’interaction verbale et d’apprécier davantage les répercussions possibles des troubles du langage sur la communication interindividuelle.
Ces deux études montrent l’importance du choix des tâches verbales et des outils d’analyse de corpus utilisés, pour la compréhension des troubles du langage et de la communication dans la maladie d’Alzheimer. Elles soulèvent également des questions plus générales concernant les relations entre langage et cognition.

Références :
Boyé M., Tran T.M., Grabar N. (2014). Contrastive conversational analysis of language production by Alzheimer and control people, Studies in Health Technology and Informatics, Vol. 205, 682-686.Tran T.M., Ageon M., Caze-Blanc. C. (2014). Maladie d’Alzheimer et troubles sémantiques : apport de l’épreuve d’appariement de mots écrits dans l’évaluation des troubles lexico-sémantiques. 34ème Journées Annuelles de la Société Française de Gériatrie et de Gérontologie, Paris.

 

Stéphanie Caët (Lille2 / STL) : « Acquisition du langage et interaction : rôle du langage adressé à l’enfant sur son développement »

Résumé : Selon la perspective théorique que l’on adopte, le rôle de la participation de l’enfant à l’interaction et celui du langage que les adultes lui adressent ne relève pas de la même importance dans l’étude de l’acquisition du langage. Adoptant une perspective constructiviste et interactionniste du développement langagier, je souhaiterais présenter deux études dans lesquelles la question du rapport entre productions des enfants et productions des parents est soulevée. La première a trait au développement des pronoms de 1ère et 2ème personne chez des enfants francophones et anglophones, et questionne notamment le lien entre l’usage de formes non standard de référence à soi et à l’interlocuteur par l’enfant (comme le prénom ou un pronom différent de celui qui serait attendu) et la présence de ces mêmes formes dans le discours des parents. La seconde porte sur les séquences de rectifications dans les interactions parent-enfant et souligne la finesse de l’ajustement parental dans cette zone proximale de développement que nous avons eu l’occasion d’aborder lors de la présentation d’Emmanuelle Canut en février dernier.

Références :
Caët, S. (2013). Référence à soi et à l’interlocuteur chez des enfants francophones et anglophones et leurs parents. Thèse de doctorat non publiée. Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.Morgenstern, A., Leroy-Collombel, M., & Caët, S. (2013). Self- and other-repairs in child–adult interaction at the intersection of pragmatic abilities and language acquisition. Journal of Pragmatics, 56, 151‑167.

 

Vendredi 12 juin 2015
Thème de la séance : « La négation »

Maj-Britt Mosegaard-Hansen (Université de Manchester) : « L’évolution des indéfinis négatifs en français: unidirectionnalité et paradigmaticité »

Résumé : Les études récentes sur l’évolution des marqueurs de négation en français et à travers les langues soulèvent, entre autres, deux questions d’importance théorique :

L’évolution des indéfinis sensibles à la polarité est-elle de nature unidirectionnelle (expression à polarité neutre > expression à polarité négative > mot-n/indéfini négatif), ou bien s’agit-il plutôt d’une « promenade à l’aventure » ?

Les mots-n du français ont-ils été sujets à une évolution de type cyclique semblable à celle du marqueur de négation de base ne …

Les recherches sur les mots-n français se sont pour la plupart concentrées sur les indéfinis à fonctions nominales, et les hypothèses défendues ne s’appliquent pas forcément aux indéfinis adverbiaux.  Dans mon intervention, je discuterai surtout l’évolution des indéfinis aspectuo-temporels jamais et plus, dont la diachronie va à l’encontre à la fois de l’hypothèse d’unidirectionnalité absolue et de celle d’un « cycle des indéfinis ».  De plus, je défendrai l’idée que le paradigme des mots-n est de nature pragmatique et non pas proprement linguistique.

 

Johan Van der Auwera (Université d'Anvers) : « Sur la typologie des indéfinis négatifs  »

Résumé : Mon étude portera sur la fréquence et la typologie des indéfinis négatifs dans des constructions de 'quantification négative', c.-à-d. l'emploi d'un mot comme rien dans des phrases sans négation de phrase (p.ex. je vois rien) et dans des construction de 'concordance négative', c.-à-d. l'emploi d'un mot comme rien dans des phrases avec négation de phrase (p.ex. je ne vois rien).  L'estimation de la fréquence de telles constructions dans la totalité des langues est basée sur un échantillon de 170 langues. Pour la typologie, je fais référence au même échantillon ainsi qu'à la littérature spécialisée et à la consultation d'experts. J'avance les hypothèses suivantes, (i) il faut distinguer entre quantification négative stricte et non-stricte, tout comme on le fait pour la concordance négative, (ii) pour les structures non-strictes, il faut distinguer plusieurs sous-types,  (iii)  le paramètre le plus important est la position de l'indéfini vis-à-vis du verbe, et (iv) les typologies de la quantification et de la concordance négative s'intègrent dans une typologie plus générale. Je rappelle aussi que la quantification et la concordance négative sont d'abord des propriétés de constructions et non pas de langues.